AccueilClub de réflexionsciences et technologiesLe transhumain : un homme augmenté, amélioré ou, tout simplement … prolongé ?

Le transhumain : un homme augmenté, amélioré ou, tout simplement … prolongé ?

Publié le 18 March 2013 6 commentaires
5/5
Considérer que la science et la technologie peuvent être l’occasion d’une amélioration morale et de nos de conditions de vie, amène à s’interroger sur la façon dont ces progrès seront utilisés. Loin de souhaiter la “mécanisation morale de l’homme”, le transhumanisme francophone considère que c’est avant tout la volonté qui fait l’homme. La médecine, la technique, ne sont que des moyens. Un transhumanisme responsable et porteur de valeurs humaines ne saurait se penser que depuis des valeurs éthiques fondamentales. Le transhumain : un homme augmenté, amélioré ou, tout simplement … prolongé ?

Le débat fait rage concernant la question du transhumain. Plusieurs conceptions s'affrontent afin de déterminer quel sera l'homme de demain. Quel avenir préparons-nous à l'aube des prochaines avancées techniques et scientifiques, ou dit autrement, grâce aux avancées des NBIC ?


La crainte majeure réside dans la possibilité inédite de parvenir à un être humain qui n'aurait plus rien à voir avec ce que nous avons connu. La peur de la scission radicale avec l'homme, et par là avec l'humanité, alimente le questionnement médiatique. D'aucuns diront que cette peur est injustifiée, il y a de nombreux précédents venant nous interpeller sur les retombées possibles de progrès technologiques.


Mais avant toute chose, rappelons que depuis l'origine, depuis la sortie progressive de notre état animal et notre évolution vers une forme de conscience du monde plus élaborée, l'homme a toujours pu, avec une simple pierre, tuer son voisin ou faire du feu pour protéger, réchauffer et nourrir ses congénères. Si l'on considère l'outil premier qu'est la main, la même conclusion s'impose. Ce qui fait sens est donc la volonté qui guide l'homme à faire une action bonne ou nuisible. Cette dimension existe et existera probablement toujours. Est-ce un motif suffisant pour arrêter et condamner toute forme de progrès ? Pour autant, on ne peut ignorer les avertissements et craintes de certains, dans le sens où les nouveaux moyens qui se profilent pourraient être des armes d'avilissement de l'humanité. L'envie de destruction, de pouvoir, de manipulation sont des caractéristiques bien humaines. N'est-ce pas plutôt de cela dont certains ont peur, plus que de l'arrivée de progrès propres à « prolonger » notre vie et notre condition ?


Il s'agit d'envisager les possibilités qu'offrent les NBIC en examinant la terminologie employée pour définir l'homme de demain. Nous choisissons aujourd’hui de parler de l’Homme augmenté et de l’Homme amélioré. Ces deux assertions tout en décrivant une éventuelle réalité future sont aussi sources de débat, nous verrons pourquoi. Y aurait-il d’autres façons de nommer l’homme de demain, tout en restant dans une continuité identitaire ?

L’Homme augmenté ou l’Homme machine ?

Par Homme augmenté on entend généralement l’Homme en tant qu’il accède à une forme « plus » de ses possibilités physiques et cognitives. Un Homme augmenté serait donc un être dont les capacités ont évolué quantitativement. Cette vision du transhumain n’est pas fausse, mais on en aperçoit vite les  limites si on l’interroge du point de vue éthique. Que serait un Homme qui pourrait à loisir se modifier tel une voiture de tunning dont on tente de booster, toujours plus, les performances ? Se joue donc la question de la course à la performance. Si comme le disait Ricoeur, « le désir est toujours le désir d’autre chose », il est à parier que la course à l’augmentation pourrait aboutir à une mécanisation de l’Homme.


De même, on parle de « réalité augmentée » dans laquelle l’homme évoluerait grâce à toutes ses augmentations. Il est intéressant de noter que cette terminologie est déjà employée dans les jeux vidéos, afin de décrire la réalité dans laquelle le personnage évolue quand il se sert de ses augmentations physiques et ou cognitives. On pensera par exemple au jeu vidéoDeus Ex dans lequel le héros Néthan peut, grâce à des artifices technologiques, accéder à une réalité dite « augmentée ». Le personnage est dans ce jeu défini comme « augmenté », car il a de nouvelles capacités motrices grâce à ses implants. Il accède donc à une perception plus fine de certains éléments de la réalité et a des capacités physiques plus importantes. Mais peut-on parler de réalité augmentée ? Qu’ y a-t-il de plus dans le monde l’entourant qui ne s’y trouvait pas avant ? Rien. Néthan reste dans le même monde, il a juste une perception différente de son environnement ainsi qu’un potentiel physique plus grand.


Pour revenir à notre réalité, on peut dire quid des lunettes Googlequid des implants nanos, quid des extensions physiques diverses et variées. Si on veut parler de réalité augmentée, il s’agirait de dire pour un myope que dès lors qu’il met ses lunettes, il a accès à une réalité augmentée. Mais alors si on peut se servir de ce concept pour tout, on ne s’en sert pour rien de neuf.


Si par réalité augmentée on entend une perception plus fine de notre environnement, on ne dit rien de plus qui n’existait déjà. La question semble aussi qualitative : Ne se passe(rait)-il pourtant pas quelque chose grâce à ces implants issus des NBIC ? S’il n’y a pas de saut quantitatif, n’y a-t-il pas  un saut qualitatif ?

L’Homme amélioré ou le sur-Homme ?

Si l’Homme est capable de « plus » grâce aux NBIC, si cela ne doit pas pour autant en faire une machine, est-il capable de mieux ? C’est ce que sous entend l’assertion « d’Homme amélioré ». L’Homme amélioré serait incontestablement un homme mieux adapté et en mesure d’agir mieux pour lui, pour autrui, pour son environnement. Pourtant, si on ne peut affirmer que l’homme se dirige vers une mécanisation existentielle (sans réduire les NBIC à des augmentations quantitatives), on ne peut non plus verser dans le pendant inverse consistant à promettre un homme meilleur.


Le transhumain ne serait pas uniquement un  « Homme plus », mais pas encore un « Homme mieux »… En effet, on peut à juste titre se demander comment les NBIC permettraient, nécessairement, d’accéder à une forme améliorée de l’être humain ? En quoi l’Homme deviendrait-il plus vertueux, plus aimable, aimant, compatissant, responsable ? Les NBIC ne sont pas le soma annoncé par Aldous Huxley dans Le meilleur des mondes. Ce n’est pas, uniquement,  à coup de technologie que l’on va enterrer notre propension à être nuisible pour soi, autrui et tout ce qui fait monde.


En parlant d’Homme augmenté on craint de plonger dans une mécanisation existentielle, ce qui induirait un vide qualitatif. Seulement l’évolution quantitative de l’Homme ne le conduira pas non plus, nécessairement, à une meilleure éthique. Certes, du point de vue factuel, nous pourrions être en mesure de faire plus et peut-être mieux, mais cette perspective n’annule toujours pas l’acteur de l’action. Acteur qui pourra toujours tuer ou être bon avec sa main, peu importe si elle est bionique, peu importe si des nano-puces sont implantées dans son cerveau.


Entendons bien, que les progrès techniques et scientifiques, pourraient nous permettre de vivre “mieux” (pour l’individu et pour le groupe). Cependant, il est important de rétablir une hiérarchie des valeurs. C’est bien l’homme qui doit décider, depuis des valeurs bonnes, de la façon dont il veut disposer de ses outils. Les outils que sont les NBIC ne sauraient devenir but et fin.


Afin de ne pas perdre de vue qu’il s’agit toujours de l’Homme, peut-être pouvons-nous envisager une autre assertion pour parler de l’Homme de demain. Envisageons le transuhmain portant notre héritage “gène-éthique”. Un transhumain ayant une apparence qui soit, sinon idem, dans la continuité de la nôtre. Un transhumain porteur de nos valeurs, qui sont elles pour le coup, toujours à améliorer. En somme ne souhaitons nous pas voir advenir « l’Homme prolongé » ?

L’Homme prolongé ou l’Homme de la continuité ?

D’une part, les NBIC ne sauraient à elles seules « produire » un homme augmenté ou « créer » un homme amélioré. D’autre part nous ne le souhaitons pas. Que souhaitons-nous ? La majorité des personnes ayant peur du transhumanisme ne condamnent pas le progrès scientifique, ils craignent les conséquences qu’il pourrait avoir. Cela est bien légitime, car nous avons tous conscience que nous sommes capables du pire et du meilleur. Pour autant, nous devons en l’occurrence avoir conscience que nous sommes le mobile de l’action et qu’il nous appartient en propre d’en penser le cadre théorique. Pourquoi le transhumanisme serait-il uniquement l’occasion de tous les phantasmes et peurs ? Pourquoi ne pourrions-nous pas envisager de poursuivre notre évolution tout en transmettant ce qui nous semble essentiel ? Pourquoi le transhumain ne serait-il pas une occasion bien concrète de transmettre l’Homme tout en le transformant ?


Le but n’est pas d’accéder à un post-humain qui n’aurait plus rien à voir tant physiquement que spirituellement avec un humain. Il s’agit de garder notre identité, tout en intégrant et choisissant les possibilités de prolonger ce que nous sommes déjà. Prolonger notre corps grâce aux nouvelles technologies. Prolonger notre évolution vers un mieux être soi-même et ensemble dans notre monde grâce à ces mêmes technologies. En somme, on part de ce qui existe déjà et on lui donne plus de latitude, on le prolonge.


L’Homme prolongé ne serait ni un être augmenté dans une réalité soi-disant augmentée, ni un être amélioré miraculeusement par le progrès scientifique. Le transhumain serait donc la prolongation de l’humain à tous les niveaux, mais surtout il prend sens à partir de notre propension naturelle à évoluer. L’Homme prolongé s’inscrit dans une continuité identitaire favorable à l’évolution maîtrisée et raisonnée.

Anne-Laure Thessard, membre de l'AFT:Technoprog!

Noter cet article:
6 commentaires
Avatar Pascal David, 22 March 2013 à 08:56:08
Je suis très proche de vos idées. Cependant, concernant le sujet de "l'amputation" volontaire des jambes, n'est-ce pas le symbole du risque de toute la problématique transhumaniste et de cet homme prolongé qui doit savoir ce qu'il quitte pour savoir où il va avant de faire un choix. Hors connaissons nous suffisamment notre corps et ses fonction pour réduire les jambes à leur simple fonction mécanique. Ces jambes, comme notre dos, possèdent des neurones constitutifs de notre "identité" neuronale notamment. La vision matérialiste de l'homme ne passe-t-elle pas justement par le fait de considérer corps et esprit comme un tout et non comme des éléments séparés ? En ce sens ma compréhension du concept d'Homme prolongé visait bien à "l'amélioration" de l'existant sans destruction et donc sans risque de se séparer d'éléments qui nous constitue et que nous ne comprenons pas encore.
Signaler un abus
Avatar Transhum Philo, 22 March 2013 à 01:01:18
Merci pour ces questions qui sont autant d'occasions de préciser des concepts.
Le format qu'induit un article ne permet pas de prolonger la réflexion dans le détail. Néanmoins, vos questions n'en demeurent pas moins légitimes.

L'idée d'homme prolongé est une proposition philosophique, elle invite à s'interroger comme vous le faites.
Cette proposition améne à concevoir la volonté d'intégrer le progrès à ce que nous pensons être l'homme et non à le penser comme extérieur.
Se couper les jambes pour les remplacer par des membres bioniques ne serait pas nécessairement une rupture identitaire. Ou alors, de la même façon, se faire vacciner, prendre des antibiotiques, des anti-depresseurs, se faire poser un pacemaker serait également une rupture. Faire du sport pour améliorer sa condition physique ne serait-il pas, en ce sens, une rupture avec notre identité ?
Je comprends bien que la question se pose puisqu'il y aurait modification apparente, pour un homme souhaitant avoir des "jambes bioniques". Ceci dit, l'emploi de certaines substances psycho-actives et le pacemaker est interne et constitue déjà une modification majeure de notre existence.
En somme, peu importe l'outil, seule la volonté qui le guide fait sens.

Qu'est-ce qui fait notre identité ? Doit-elle demeurer fixe ? La construction identitaire ne s'inscrit-elle pas dans une dynamique évolutive ? En partant du principe qu'au long de notre histoire, nous avons su rester les mêmes tout en évoluant, il s'agit de considérer que l'identité est à la fois conservatrice et soumise au compromis. Que voulons-nous conserver malgré notre évolution ? C'est en ces termes me semble-t-il que se pose la question identitaire.

Pour ce qui est de l'idée qu'on ne saurait anticiper et juger les retombées de certains progrès, j'y souscris absolument. En revanche, il nous appartient d'en préparer les bases, afin que ces progrès ne nous soient pas totalement imposés.

Afin de poursuivre ce questionnement vous pouvez consulter les autres discussions sur Mesacosan et parcourir le site de l'AFT technoprog !
Concernant l'existence "d'organisme de suivi du progrès", l'OPECST (Organisme Parlementaire des Choix Scientifiques et Technologiques) en est un.
Signaler un abus
Avatar Pascal David, 21 March 2013 à 23:07:48
Voilà une réflexion bien menée qui ne répond cependant pas à toutes les questions. Mais bon préliminaire.
Signaler un abus
Avatar Gabrielle Morin, 18 March 2013 à 22:15:43
Ne devrions-nous pas créer un organisme public de suivi du progrès ? Chargé de suivre et d'organiser le débat avant l'intervention du législateur ? A moins que cet organisme existe déjà mais je ne le connais pas. Mais il me semble que l'on ne réfléchit pas assez aux implications du progrès et qu'au fond le citoyen subit le progrès plus qu'autre chose. Et lorsque son avis est demandé sa réaction ne peut-être que le rejet par peur... freinant par la même le bon progrès en réagissant de manière aveugle.
Signaler un abus
Avatar Kais Ben Salah, 18 March 2013 à 14:19:50
J'ai beaucoup aimé la réflexion même si je reste un peu sur ma faim. En effet, la notion d'Homme prolongé qui s'inscrit dans la continuité identitaire me semble être la bonne conception et la bonne voie. Cependant, comment face à un progrès, juger maintenant cela ? Comment aller plus loin ? La question de François va, il me semble, dans ce sens. Si je me coupe les jambes pour les remplacer par des jambes bioniques (ou autres) ne suis-je pas dans la rupture de l'identité et plus dans la continuité ?
Signaler un abus

Déposer un commentaire

La rédaction de commentaires nécéssite d'être inscrit sur Mesacosan.


Top produits

Aller sur icoachstore
Belles fesses - Des fesses encore plus belles en 6 semaines
Coaching sportif
19.9 €
Belles fesses - Des fesses encore plus belles en 6 semaines
Devenez un meilleur amant au lit en 10 jours
Sexualité
24.9 €
Devenez un meilleur amant au lit en 10 jours
Craquer ou pas ? L'incroyable histoire qui améliore la vôtre
Développement personnel
10.99 €
Craquer ou pas ? L'incroyable histoire qui améliore la vôtre
Convaincre avec honnêteté
Vie professionnelle
19.99 €
Convaincre avec honnêteté
Développement personnel Aller sur iCoachStore
Association Française Transhumaniste Technoprog !
L'auteur : Association Française Transhumaniste Technoprog !
Association Française Transhumaniste Cette association s’est donné formellement pour objet de « promouvoir la réflexion et le questionnements relatifs aux technologies susceptibles d’améliorer, d’augmenter et de prolonger considérablement la vie des individus et de l’espèce humaine. Mais elle se donne aussi pour but de favoriser l’émergence de celles de ces technologies qu’elle estime favorable à cette augmentation. »

D’autre part, à notre avis, le Transhumanisme doit éviter deux écueils majeurs. Il ne doit pas réserver les technologies de l’augmentation humaine à une minorité de nantis et il se doit d’alerter sur les possibles dérives, afin qu’une population informée puisse maîtriser la technologie et non être maîtrisée par elle.
Plus d'infos
SUIVEZ-NOUS:
Développement personnel Aller sur iCoachStore